mardi 3 janvier 2023

Nébéday sur le terrain



LES ENFANTS, L'ESPOIR POUR UN SENEGAL VERT ET PROSPERE !

L’association Nébéday existe depuis onze ans. Avec les collaborateurs sur le terrain, les volontaires et les partenaires, nous œuvrons ensemble pour un Sénégal vert et prospère. Les défis sont grands, les enjeux de taille mais nous essayons à notre niveau de construire un monde et un Sénégal meilleurs.

Depuis 2 ans, Nébéday consacre beaucoup d’énergie aux enfants : en 2022 nous avons touché près de 15 000 enfants dans 157 écoles dans les régions de Fatick et de Thiès. Pour avoir parlé avec un certain nombre de ces enfants, je suis persuadé qu'ils vont devenir de vrais éco citoyens de demain. Faire que les générations futures aient l’amour de la vie végétale, animale et du monde vivant me semble être la voie de l’avenir pour sauver les ressources naturelles du pays. On ne peut pas aimer quelque chose qu'on ne connait pas, donc Nébéday essai à travers le jeu, l’observation et la bienveillance de faire découvrir la nature aux enfants pour qu'il la connaisse et qu'ils l'aiment. Ce n'est qu'en l'aimant qu'on la protègera.

Le programme d’éducation environnementale et les camps nature, sont d’ailleurs parmi les temps forts de cette année 2022, que vous pouvez retrouver dans la rétrospective.


Bonnes fêtes de fin d’année !


Jean GOEPP
Directeur de l’association Nébéday

RECHERCHE-ACTION POUR LA DIVERSIFICATION DES PRODUITS HALIEUTIQUES EN FAVEUR DES FEMMES
 
A la recherche d'une manière de valoriser le circuit court de production des moules, une spécialiste de la mytiliculture ainsi que des stagiaires de l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture (IUPA), en association avec les groupements de femmes, se sont fixés comme objectif de tester l’efficacité de plusieurs ouvrages de capture, de multiplication et de grossissement d’essaim de moules dans différentes zones caractéristiques du delta.

Ces travaux sont possibles grâce au soutien de l'Union Européenne et du Centre de Solidarité Internationale (CSI) de Saguenay-Lac-Saint-Jean.
CLIQUEZ POUR EN SAVOIR +

RETROSPECTIVE DES TEMPS FORT DE L'ANNEE 2022



1 767 075 ont été planté grâce à l’implication des groupements de femmes, des ASC et des enfants. Au total 50 espèces d'arbres différents, à savoir des ombragés, des fruitiers, mais aussi des forestiers de l'écosystème de mangrove. Le récapitulatif est en ligne  sur www.reboisonslesenegal.org
CLIQUEZ SUR UNE IMAGE POUR VOIR +
Abdoul Aziz Ndiaye, responsable du pôle agroforestier
Nébéday a mis en place plusieurs SAF (Système Agro Forestier) dans différentes régions du pays à Keur Sambel, Sandicoly, Médina Sangako, mais aussi à Keur Djamba dans la région de Kedougou et à Syllacounda.

A Nébéday depuis 2011, Abdoul donne la parole aux femmes du périmètre de Keur Sambel que son équipe et lui prennent le soin de former et de suivre depuis plusieurs années. Dans cette vidéo édifiante, les femmes nous font la visite guidée de leur site. Elles partagent leur belle expérience ainsi que les bénéfices  qu’elles ont trouvé dans la pratique du système agroforestier.
CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO COMPLETE
REPORTAGE SUR LA CHAÎNE ARTE
Merci à la chaîne Arté d’avoir mis en lumière l’association dans un beau reportage fidèle aux actions de Nébéday sur le terrain. Séance de rattrapage en bas pour ceux qui n'ont pas eu l'occasion de voir l'émission.
VOIR LE REPORTAGE
Toutes ces belles réalisations ont été possibles grâce à la forte implication des populations locales et du soutien sans faille de nos partenaires.

lundi 28 novembre 2022

L'élevage de moules dans les bolongs du Sine Saloum: une recherche-action pour la diversification des productions halieutiques au profit des femmes du Sine Saloum !


Les moules sont bien présentes dans les eaux du delta du Sine Saloum, cependant elles restent toujours de très petite taille et ne peuvent donc pas être consommées. Encourager la multiplication de ces moules et leur grossissement dans le cadre contrôlé d’un élevage est une solution de taille qui permettrait aux femmes du Sine Saloum de bénéficier d’une nouvelle source de revenu. 


Les moules de petites tailles issues des bolongs, que nous allons essayer de faire grandir en favorisant de bonnes conditions de développement


C’est le défi que s’est lancé l’association Nebeday, en collaboration avec une spécialiste de la mytiliculture, des stagiaires de l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture (IUPA), et les groupements féminins locaux de Toubacouta, des îles du Saloum et de Joal. 


L’objectif visé est de tester l’efficacité de plusieurs ouvrages de capture, de multiplication et de grossissement d’essaim de moules dans différentes zones caractéristiques du delta. Les ouvrages installés ne demandent pas de modification de l’environnement, il s’agit de radeaux flottants sur lesquels sont accrochés des cordes de capture et des chaussettes de grossissement ou encore des “casiers” qui doivent permettre aux moules de bénéficier des meilleures conditions pour se développer. Plusieurs espèces de moules vont être étudiées. Pour que les résultats soient satisfaisants, ces ouvrages doivent pouvoir augmenter les revenus des femmes sans augmenter la pression sur les ressources en moules du delta.


Un premier ouvrage a vu le jour à Soucouta près de Toubacouta et à côté du futur restaurant de fruits de mer frais qui sera tenu par les GIE des femmes du village. Une belle manière de valoriser en circuit court la production de moules si les tests sont concluants … et les expectations des femmes sont grandes !


Installation du premier ouvrage test d'élevage de moules en milieu naturel à Soucouta


L’installation des ouvrages a nécessité des compétences de construction … dans l’eau ! Pas une mince affaire sachant que les piquets de bois sont installés dans une eau de plus de deux mètres de fond à marée basse. Heureusement, nous avons pu compter sur la polyvalence et l'adaptation sans faille de l’équipe de terrain !


 

  

Installation des collecteurs et grossistes d’essaims



Une fois l’arc en bois installé, plusieurs types de collecteurs et de grossisseurs d’essaims de moules y ont été suspendus. Des moules ont été récoltés sur les huîtres d'élevage du bolong et d’autres, d’une autre espèce et plus grosses, ont été collectées en mer pour tester l’efficacité des grossisseurs d’essaims. Elles ont été mesurées et pesées pour permettre à l’équipe de suivre leurs évolutions et évaluer l’efficacité de l’ouvrage. 


 
Une chaussette de grossissement d’essaim de moules et un système de casier qui seront ainsi testé avec plusieurs espèces différentes de moules 


Récolte des moules sur les huîtres d'élevage des femmes du village de Soucouta pour tester les grossisseurs d’essaims



 Comptage, pesage et mesures des moules 

Les moules vont être suivies de très près !


Ces tests peuvent voir le jour grâce au soutien de la Délégation Européenne au Sénégal et le Centre de Solidarité Internationale (CSI) du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans le cadre des projets TEFESS et PCCI2  


Ce fût un beau travail d’équipe ! Restez à l’écoute pour suivre les suites de l’aventure. Des ouvrages similaires vont être installés dans les îles du delta et au niveau du village de Joal. En espérant que cette recherche-action aboutisse à des résultats concluants pour les communautés locales.



A bientôt pour les prochaines nouvelles de cette initiative !


mercredi 8 juin 2022

Mise en place des deux premiers épis de lutte contre l’érosion côtière dans le Sine Saloum !

Conséquence en grande partie du réchauffement climatique qui fait fondre les glaciers et augmente le volume des océans, l’érosion côtière est un fléau qui menace aujourd’hui directement plusieurs zones d’habitations sur le littoral du pays, en particulier dans le Sine Saloum.  La commune de Dionewar perd à ce jour plusieurs mètre de terre par an, et la mer menace des habitations et des campements. 

 

 

La mer qui ronge petit à petit les terres de la commune de Dionewar, faisant tomber les arbres et gagnant du terrain sur les habitations et les campements touristiques.

L’évolution du trait de côte au niveau de la brèche de Dionewar

  

 

Ce Samedi 28 mai 2022 marque le début d’une offensive prometteuse pour la protection des terres contre l’érosion côtière dans le Sine Saloum. Les premier "Épis Maltais Savard” ont vu le jour à Dionewar. L'implantation de ces ouvrages se fait dans le cadre du projet TEFESS-Initiative des communautés locales pour la protection et la gestion de la zone côtière réalisé par Nébéday avec le soutien de la Délégation de l’Union Européenne au Sénégal.



Un Epis Maltais Savard c’est quoi ? Une technique déjà éprouvée avec succès en Casamance qui consiste à monter un ouvrage de piquets et de palmes de palmiers de manière à bloquer le sable et former une barrière naturelle contre les vagues. 

 

L’épis Maltais Savard une fois terminé

 

La pose des piquets

Le tressage des palmes de palmiers

 

Ces épis sont des solutions contre l’érosion côtière douce pour l’environnement, facilement réplicable et réalisable avec des matériaux locaux facile d’accès.

 

Leur mise en place a été permise par une mobilisation sans faille des habitants de Dionewar. Plus de 100 volontaires étaient présents sur la plage ce week-end pour monter les épis, au côté de la Commune de Dionewar et de l’Aire Marine Protégées de Dionewar. La construction de ces épis est une initiative conjointe entre Nebeday et le Centre de Suivi Écologique (CSE), sous la tutelle de la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (DEEC).

 

La construction des épis vu de haut

 

 

Achille Correa, l'agent Nebeday à la supervision de cette journée de construction

 

Répartis en 2 équipes de 50 personnes dirigées respectivement par Cheikhou Ndiaye et Moussa Ndiaye, préalablement formés, les volontaires ont construit 2 Épis Maltais Savard en une journée ! 

 

 

 

 

 

 

 

Le suivi de ces ouvrages sera assuré par les enfants des écoles dans lesquelles se déroule notre programme d’éducation environnementale. En somme, une belle collaboration entre différents acteurs du territoire :

 

Nous remercions particulièrement les habitants de la commune de Dionewar dont la mobilisation a été très importante, témoins des préoccupations importantes de la communauté et de la volonté d’agir. Nous remercions également Patrick Chevalier pour son expérience et ses indications précieuses, Mohamadou Lamine Ndong, chef du village de Dionewar, Capitaine Diallo, conservateur de l'AMP de Sangomar, Cheikhou Ndiaye et Moussa Ndiaye, chefs des équipes pour l'installation des ouvrages et enfin, Lamine Ndiaye de la commission environnement de la Mairie. 

 

N'hésitez pas à nous suivre pour la suite ! 

 

 #GIZC_UE


samedi 21 mai 2022

POP NATURE : le week end 100% nature et sport ! Retour sur la réussite de cette première édition

Du 14 au 15 Mai, s’est tenu le weekend pop nature organisé par Nebeday, le Regroupement des Femmes de Popenguine pour la Protection de la Nature (RFPPN),  et la Réserve Naturelle de Popenguine (RNP) à l'intérieur de la réserve naturelle et au campement des femmes de ker Cuppam. 

 

                    

 


Des activités riches et diversifiées liées à la protection et la valorisation de l’environnement !  


Pendant 2 jours, les participants ont eu l’occasion de participer à des activités très variés : initiation à l’ornithologie avec un professionnel, construction de foyers améliorés ou de charbon à base de paille, mise en place de pépinières, participation à une course à pied et à vélo, découverte de l’artisanat local via un marché bio … Un week-end d’engagement pour le développement durable,  chargé en découverte et en belle rencontre !



Retour sur l’initiation à l’ornithologie et randonnée d'observation d’oiseaux 


 

Dès les premières lueurs du jour, et armé de jumelles, les premiers groupes sont partis avec le grand guide Jean Marie DUPART assisté par les talentueux éco-guides Badji et Ndella pour une randonnée pédestre ornithologique  dans la réserve naturelle. Avant de partir sur le terrain, les heureux participants ont eu le droit à une présentation exhaustive des oiseaux de la réserve. Une belle manière de mettre en avant la beauté et la richesse de la Réserve Naturelle de Popenguine.

 

Retour sur l’atelier de mise en place d’une pépinière et plantation du campement keur Cupaam


Venus de divers horizons, les inscrits aux ateliers pratiques de mise en place d’une  pépinière étaient motivés pour en apprendre plus sur les différentes techniques de mise en place d’une pépinière. Ils ont d’abord appris à faire le compost avec du sable, une matière organique, des feuilles vertes et de l’eau. Ils ont ensuite rempoté les gaines et semé leurs graines. Pour enfin, planter des arbres à l'intérieur du campement écotouristique de ker cupaam. C’est ainsi que des groupes de 10 personnes ont continué à être formés en technique de plantation de la graine à l’arbre par  Abdoul Ndiaye et Mahib Thiam de Nebeday. 


Retour sur l’atelier de fabrication de foyers améliorés et de charbon de paille 



 

        

La fabrication du charbon de paille et des foyers améliorés a toujours intrigué les plus passionnés de la protection de l’environnement. Le weekend pop nature a permis à certains d’en savoir plus et même d’en fabriquer eux même. 

 

Après présentation des différentes matières premières utilisées, des techniques de construction, ou encore de l’utilité des foyers améliorés et du charbon de paille, les participants ont mis avec plaisir la main à la pâte pour construire à leur tour ces innovations que l’association déploie sur le terrain depuis plusieurs années.

 

 

 Retour sur le marché artisanale  qui s’est tenu tout le week-end en parallèle des activités       

 

 

Le week-end pop nature était aussi le rendez-vous des amateurs de produits artisanaux et de produits naturels, et ils ont été gâtés !! En effet, des vendeurs de divers produits cosmétiques, alimentaires, bio, artisanaux étaient venu exposer leurs produits. Les visiteurs ont pu découvrir les produits de : délice de femmes, Maam nature, NYARA, le centre polyvalent d'entreprenariat féminin, Adja Mame Rokhaya Dieye de Baba Garage, Nutrivie, Aduna, Africa nature, Mboga Yaay, Nyara, Mboga yaye, Maam nature, les femmes antiquaires de la commune de Popenguine Ndayane et Rahmane le bijoutier, Maam Nature etc.

 

 

 

 


 

Et le clou du spectacle : une course à pied et le Run&BIKE, pour le plus grand plaisir des sportifs ! 

 

 

Le sport n'était pas en reste lors week-end pop nature au plus grand plaisir des passionnés de celui-ci. Une compétition de Run and Bike et de course à pied ont permis aux professionnels du sports et aux amateurs de découvrir la réserve naturelle communautaire et ses alentours. Sous les directives de Jean Goepp, directeur de Nebeday et du capitaine de la réserve, les coureurs ont pris connaissance du parcours.

Sous les encouragements des spectateurs, les participants de la course à pied ont été les premiers à commencer la course suivi de ceux du Run and bike.  

 

 

 

Le Run and bike c’est quoi ? 2 participants qui partent avec un seul vélo et qui doivent passer la ligne d'arrivée ensemble ! La victoire va au plus athlétique mais aussi aux plus organisés et stratégiques !


Après de longues minutes de course, les premiers à arriver pour le Run & Bike sont le N°024 Vanden Eynde Pascal et Loop  Benoît 52’16”, 2ème (N°019) Drawin Hugo et Foucher Thibaut 53'05" et 3ème (N°023) Diallo Ismaëla et Sarr Salif 1H 04'23". 

 

Quant à la course à pied, la première place a été remporté par Ndao Mohamed (N°020) pour 1H07", suivi de Fall Mouhamed  (N°019) 1H01’03” et de Nicole Didier (N°025) avec 1H04’15” parcouru.

 

 

 

 

Félicitations aux participants qui se sont surpassés pour gravir la ligne d’arrivée🤩

 

Merci aux différents partenaires de l'événement qui ont permis aux participants de la Tombola d’être gâtés ! 

 

 

                         

 

 

Les femmes du Campement Écotouristique de Ker Cupaam, la réserve naturelle de popenguine, Teranga Bike Adventure, Maisons du Monde, Groupe Kirène, Accrobaobab, Nyara, Popenguine INFO, adunasoaps, Les Manguiers de Guéréo, chez fatou, La reserve de Bandia Reserve, Villa Badiene, MAAM Nature etc.

 



C'était la première édition mais sûrement pas la dernière !