samedi 13 août 2016

Echanges avec les périmètres maraichers de Batamaare et Santhie Bera

Après vous avoir parlé des périmètres agro forestier (ou SAF : Système Agro Forestier) mis en place dans la région de Kedougou, il est temps de vous parler également des périmètres en place avec Nébéday dans la région du Sine Saloum à Médina Sangako, Keur Sambel, Sandicoly, Keur Diamba.

Des visites ont eu lieu ces jours sur les périmètres de Batamaare et Santhie Bera, visites qui ont permis d'échanger et de parler organisation de ces périmètres et bonnes pratiques.

Périmètre maraicher de Batamaare

Sur ce périmètre de Batamaare, les femmes sont organisées en GIE (Groupement d'Intérêt Economique), groupement présidé par Anthia Lo.

Chaque femme du village qui veut adhérer au groupement doit une cotisation de 7 500 FRCFA.

Un fond de roulement a été mis en place ainsi, avant le semis, chaque membre apporte 1000 FRCFA pour alimenter la caisse.

Des commissions organisent les ventes et l'entretien :
  • la commission vente s’occupe du pesage et de la vente de tous les produits du périmètre.
  • la commission entretien quant à elle s’occupe de l’hygiène, de la prévention de l’infestation des cultures, etc. Elle est habilitée à débarrasser du périmètre toute culture infectée.
Un règlement intérieur fixe les règles que chaque membre doit respecter sous peine d’une amende.

Une caisse de solidarité permet d'aider un membre en cas de besoin : elle fournit une aide financière que le membre devra rembourser.

Chaque femme du groupement, après la vente de sa récolte, épargne une somme qui servira à l’achat de semences pour la prochaine récolte.

Un cahier de vente et de production a été mis en place qui recense ces activités.

Périmètre maraicher de Santhie Bera

Ce périmètre de Santhie Bera est présidé par Lucie Diatta qui a présenté son organisation.

Chaque personne qui veut adhérer doit une cotisation de 6 250 FRCFA.

Comme sur le périmètre de Batamaare un règlement intérieur fixe les règles et un fond de roulement a été mis en place : en fin de campagne, chaque femme cotise 2 500 FRCFA pour alimenter la caisse qui servira à l’achat et à la réparation du matériel.

L’achat de semences est règlementé : à partir d’un fond qui leur a été alloué par l’AJE, la présidente achète les semences et les distribue aux femmes qui à leur tour sont obligées de rembourser l’argent après la vente.

Concernant l'entretien, toute culture infectée est débarrassée de la parcelle même sans le consentement du propriétaire.

Conclusion des échanges

Ces visites ont été très riches en échanges, les femmes des SAF (Médina Sangako, Keur Sambel, Sandicoly, Keur Diamba) ont saisi l’importance de revoir leur organisation pour s'inspirer de l'expérience de Batamaare et Santhie Bera et obtenir ainsi de meilleurs résultats.

Nébéday, de son côté, peut s’inspirer du modèle d’organisation des périmètres visités pour mieux suivre les SAF.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire