mardi 10 juillet 2012

Des baobabs en pépinières


Nébéday a, pour l’hivernage 2012, le projet de mettre en place des pépinières de baobabs autour de la forêt classée de Sangako. En effet, les paysages sénégalais qui étaient autrefois peuplés de magnifiques baobabs feuillus, présentent dorénavant de plus en plus de malheureux baobabs ébranchés ne possédant plus que quelques touffes de feuilles par-ci, par-là.

Ces tristes feuillages sont dus à la mauvaise gestion de la récolte des feuilles de baobab : les villageois coupent des branches entières de baobab pour obtenir le lalo (une poudre de feuilles séchées que les sénégalais utilisent beaucoup dans leur couscous) mais surtout pour nourrir le bétail. Ainsi, d’année en année, les baobabs s’affaiblissent, ne donnant plus de feuilles ni de fruits.

Cette mauvaise gestion est désastreuse quand on connaît l’importance du baobab au Sénégal. C’est pourquoi, Nébéday, en collaboration avec les groupements féminins des villages de Sandicoly, Toubacouta, Sadio Salla et Keur Aliou Gueye a eu l'idée de créer des pépinières de baobabs pour reboiser les zones sinistrées et développer le maraîchage pour la culture des feuilles.

Les pépinières permettent à long terme de renouveler le parc de baobab dont la régénération naturelle est fortement contrariée par les feux de brousse et la divagation du bétail.

Le maraîchage permettra d’obtenir en grande quantité des feuilles nouvelles pour la fabrication du lalo et l'alimentation du bétail.

Le bénéfice de ce projet sera double :
  • bénéfice environnemental : en replantant des arbres, on améliore la biodiversité de la région du Sine-Saloum,
  • bénéfice économique : en fabricant elle-même leur lalo, les femmes ne sont plus dépendantes des marchés extérieures et peuvent en consommer  toute l’année à moindre frais.
Si ce projet fonctionne avec ces quatre villages, Nébéday proposera aux 10 autres villages situés autour de la forêt classée de Sangako de le mettre en place.

Baobab en pleine forme

Baobab ayant subi un élagage excessif

Crédit photo : inecoba

Aucun commentaire:

Publier un commentaire