jeudi 30 janvier 2020

Retraite 2019 : l'équipe de Nébéday prête pour de nouveaux défis en 2020 !

Du lundi 6 janvier au vendredi 10 janvier 2020 a eu lieu la retraite de Nébéday au campement Kër Cupaam, situé dans la Réserve communautaire de Poppenguine. Un des rares moments de retrouvailles pour l’ensemble de l’équipe Nébéday, habituellement divisée entre les différents bureaux de Toubacouta, Palmarin, Poppenguine et Dakar.  Une retraite sous le signe du challenge et du passage à l'action !


Rencontre avec le Groupement des femmes de Poppenguine


Le premier  jour de la retraite fut marqué par une séance d’échange entre Nébéday et Kati, présidente du groupement des femmes de Poppenguine et responsable du campement de Kër Cupaam. Le Groupement des femmes de Poppenguine a fortement contribué à la protection de l'environnement  au sein de la Réserve, avec la collaboration de plusieurs organismes, et notamment de Nébéday. ​

Formation Zéro Déchet avec l'Association Zéro Déchet Sénégal


L’équipe de Nébéday a ensuite suivi une formation sur la gestion des déchets avec l'Association Zéro Déchet Sénégal, une association à but non lucratif qui a pour objectif de contribuer à la réduction des déchets et d'œuvrer pour des modes de consommation et de production durables au Sénégal. La formation a été suivie d'un grand Set-setal au Campement des femmes de la Réserve de Poppenguine et ses environs, organisé avec le groupement des femmes de Poppenguine, les agents de la réserve,  et l'équipe de Nébéday.


Présentations par pôle d'intervention : défis et perspectives pour 2020



Dans les jours qui ont suivi, chaque chef de pôle de Nébéday a réalisé une présentation du travail de son équipe, en expliquant les problèmes auxquels elle a été confrontée sur le terrain. Grâce à des travaux de groupe permettant de mettre en commun les réflexions  l'équipe a tenté ensemble d'envisager de nouvelles solutions durables pour concrétiser de nombreuses activités. Suites aux présentations, chaque pôle a présenté ses perspectives futures et ses objectifs pour 2020.

Opération d’ouverture de pare-feu à Poppenguine


Nébéday a également pris part à une opération d’ouverture de pare-feu autour de la réserve de Popenguine avec les femmes de Groupement de Kër Cupaam, les agents de la Réserve. Cette opération a pour but de faciliter l’accès au sentier de Poppenguine aux villages alentours et aux randonneurs.




Visite de la réserve Naturelle d’intérêt Communautaire de la Somone

Jeudi matin, l'équipe de Nébéday a la visite de la Réserve Naturelle d’Intérêt Communautaire de la Somone (RNICS). Créée en 1999 par délibération du conseil rural de Sindia sous la demande des populations locales, appuyées par la Direction des Parcs Nationaux, la Réserve est aujourd’hui sous la tutelle de la Direction des Aires Marines Communautaires Protégées (DAMCP) et s’étend sur une superficie de 700 hectares. Elle polarise trois villages (Guérew, Thiafoura, Soro Khassap) sur la rive nord et une  commune (La Somone) sur la rive sud. Une visite pleine d’enseignement qui a permis à Nébéday de mieux comprendre le fonctionnement de la réserve et de s’imprégner de son aspect culturel particulier. Elle constitue en effet un important patrimoine culturel pour les communautés lébou et sérères qui l’entourent.​

Team Building dans les Baobabs d'Acrobaobab 


Le dernier jour de la retraite a mis l'équipe de Nébéday au défi. C'était en effet le jour du Team buiding à Acrobaobab, le seul parc au monde construit exclusivement sur des baobabs, en pleine brousse sénégalaise. En tout, six groupes divisés par pôles d’activités ont participé au Team Building. Le Team Building s’impose de plus en plus dans les entreprises comme un outil indispensable en matière de gestion des ressources humaines. Dans un esprit convivial et ludique, le personnel développe l’esprit d’entraide, la confiance en soi et en autrui, le surpassement face au challenge et l’esprit de compétition. Le programme offre aux participants l’occasion de repousser leurs limites en toute sécurité et d’expérimenter l’esprit d’équipe dans des ateliers.​ C'est le Pôle Administration qui a été désignée grande gagnante de la journée. Bravo à Sadio Camara, Mariama Diamé, Amie Anna Badian, Mamadou Sarr, Salif Sarr et à Jordi Palou !



En route pour la nouvelle Opération de 2020 ! 


Après cette preuve qu'elle peut bel et bien dépasser ses limites, l'équipe en a profité pour visiter le périmètre de Sindia, où Nébéday travaille sur la culture de moringa bio. Enfin, vers 14 heures, l’équipe de Nébéday a pris le départ pour la Réserve de Bandia, où un repas de fraternité autour de la nature et des animaux l'attendait pour clore cette semaine en beauté. 

La retraite de Nébéday, organisée à l'aube de l'année 2020, a ainsi permis de resserrer les liens entre collaborateurs de l'équipe et, ensemble, de comprendre que Nébéday est plus qu’une association mais une famille dont le but est de rendre à la nature sa beauté d'antan.

Toute l'équipe de Nébéday est prête pour la nouvelle opération de reboisement de 2020 !

mercredi 29 janvier 2020

Appui à la gouvernance participative de l’Aire Marine Protégée de Joal-Fadiouth



Les 16 et 17 janvier derniers, une rencontre importante s’est déroulée à Joal Fadiouth. En présence de l’ensemble des parties prenantes de l’Aire Marine Protégée de Joal-Fadiouth (le Représentant du Maire de la commune de Joal-Fadiouth, du représentant des mareyeurs, le bureau du comité de gestion de l’AMP de Joal et son Conservateur adjoint, les groupements de femmes, le Président du quai de pêche, le président du CLPA) et, bien sûr le responsable du bureau Nébéday de Palmarin, cette réunion avait pour objectif de redéfinir le statut et le règlement de l’AMP de Joal-Fadiouth, afin de contribuer à sa bonne gestion.

Pour renforcer l’efficacité de l’AMP de Joal Fadiouth et, par ricochet, préserver la biodiversité marine, Nébéday, dans le cadre du Projet d’Appui aux Aires Marines Protégées pour l’Atténuation et l’Adaptation aux changements climatiques du Saloum (PAAMPAAS) financé par PADEM-Programmes d'Aide et de Développement pour les Enfants du Monde, accompagne le comité de gestion dans ces différentes activités, y compris celles qui visent à consolider la gouvernance de l’AMP.

Les discussions du premier jour de cette rencontre ont porté sur la révision du règlement intérieur du 6 avril 2016. Après un rappel de ses différents articles, les participants se sont divisés en quatre groupes de travail, destinés, au terme des sessions, à faire émerger de nouvelles règles sur  les questions suivantes :
  • La pollution (poubelles, pollutions sonores, eaux usées industrielles)
  • Le passage des bateaux de pêche  dans l’AMP
  • L’usage de sennes de plage et de kilis (filets à crevettes)
  • La responsabilité de l’administration en cas d’accidents ou de dommages causés au cours d’une visite
Les principales propositions énoncées par les groupes de travail ont été les suivantes :
  • La pollution sous toutes ses formes est interdite au sein de l’AMP. Il est également interdit d’utiliser abusivement des appareils sonores tendant à perturber la quiétude de la faune.
  • Il est formellement interdit d’utiliser des sennes de plage et des engins filets de pêche de type kilis dans les cours d’eau de l’AMP. Toutefois, la pêche à la ligne et à l’épervier est autorisée.
  • Les bateaux sont autorisés à passer dans l’AMP, mais il leur est interdit de pêcher dans l’étendu de l’AMP.
  • Les accidents ou dommages occasionnés au cours d’une visite sont pris en charge par l’administration.
Ces discussions ont permis d’aboutir à de nouvelles closes à introduire au règlement d’intérieur.

La rencontre a également permis de définir un nouveau Plan de Travail Annuel et de réviser le statut de l’AMP. Le conservateur adjoint a d’abord fait le point sur l’actuel Plan de travail de l’AMP et sur l’état de ses avancements. Ont ainsi émergé les éléments suivants : 
  • La surveillance est exécutée à moitié car les dotations de carburant de l’Etat sont insuffisantes.
  • Les activités d’éducation environnementale n’ont pas pu être mises en place malgré que les écoles en demandent du soutien, mais les moyens restent limités car l’AMP ne génère pas de recettes.
  • La formation sur le rôle et la responsabilité n’a pas été réalisée, faute de moyens.
  • Le statut n’a pas été révisé car les mandataires ne sont pas renouvelés et l’insertion de nouvelles associations (enseignants, service d’hygiène, les jeunes pêcheurs, les Eaux et Forêts) et les affectations des agents de l’Etat pas pris en compte.
Sur base de ces constats, les participants se sont, une fois de plus, répartis en quatre groupes de travail afin de se concerter sur les questions suivantes :
  • Quels maillages sont autorisés pour les collecteurs d’arches ?
  • Quelles sont les périodes de réensemencement d’arches ?
  • Quels sont les bolongs favorable à l’ouverture de collecte ?
  • Quelles nouvelles règles instaurer pour le bon fonctionnement de l’AMP ?
Les principales propositions énoncées par les groupes de travail ont été les suivantes :
  • Nécessité de réaliser de nouvelles activités de sensibilisation à l’utilisation des mailles de tamis.
  • Nécessité d’ouvrir les bolongs d’arches et d’huitres toute l’année, excepté quatre mois de reproduction (juillet – octobre), afin de respecter les cycles biologiques.
  • Nécessité de verbaliser et de sanctionner par des amendes les activités frauduleuses (non-respect des mailles, pratique de pêche dans l’AMP, coupe de bois non autorisée, non-respect des rôles et responsabilités de chaque membre du comité).
  • Nécessité de renforcer les capacités des membres du comité de gestion sur les activités de l’AMP.
  • Nécessité de sensibiliser et de former sur les nouvelles techniques de construction de pièges artificiels (à base de sachets de Vitalait ou d’autre matériel alternatif à la coupe de bois d’espèces continentales (le tamarix, le filao), jusqu’ici fréquemment utilisées pour la pêche de poulpe et de sèches et de cales pour les pirogues.
  • Nécessité de réaliser un test de conservation sur une zone délimitée et protégée à l’abris des moteurs et de l’empiétement des humains afin d’évaluer les résultats, car d’après les résultats des pêches expérimentales, beaucoup d’espèces sont rares, voire ne se retrouvent plus.
  • Nécessité de respecter les rôles de chacune des parties prenantes pour la bone gestion de l’AMP : l’agent conservateur fait partie du comité de gestion entant que technicien, mais il ne lui appartient pas le rôle de décider sur tous les plans. Il doit accompagner les activités du comité, évaluer les différents projets de l’AMP, établir les plans d’action de l’AMP, faire respecter les règles de gestion, veiller sur les rôles et responsabilités de chacun, s’occuper des procédures administratives, accompagner les réunions mensuels et les assemblées générales, veiller au renouvellement de poste et des règles en fonction des besoins des populations.

Chapeautée par Nébéday, cette réunion a ainsi permis de faire émerger des pistes de solutions pour un meilleur respect des règlementations en vigueur pour la protection et la bonne gestion de l'Aire Marine Protégée de Joal-Fadiouth. Plus encore, elle a permis à Nébéday, dans son rôle d'accompagnement du comité de gestion, de définir avec les parties-prenantes de nouvelles closes et un plan de travail annuel réaliste et adapté aux besoins du terrain, visant à la gouvernance participative  de l'AMP. 


mercredi 22 janvier 2020

2019 : Une année forte d'engagement et d'implication

L'année 2019 a été une année forte pour Nébéday, tant en termes d'arbres plantés grâce au succès de l'Opération 600.000 arbres, que d'implication des populations locales. L'association a poursuivi ses activités de sensibilisation environnementale, en s'engageant en faveur des énergies vertes, et en soutenant les femmes dans leurs activités génératrices de revenus. Le tout, grâce au soutien de ses partenaires sans qui la réalisation de toutes ces activités ne serait pas possible sur le terrain. Une année clôturée par un beau chiffre de 759.743 arbres arbres plantés, salué par l'équipe de Nébéday lors d'une retraite annuelle lui permettant de planifier ses prochaines activités et de démarrer 2020 sur des chapeaux de roue ! Alors, sur ces bonnes bases, en route pour 2020... et MERCI !


Opération 600.000 arbres : le grand défi relevé par Nébéday en 2019


Cette année, l’objectif de l'Opération 600.000 arbres pour reboiser le Sénégal était de planter 600.000 arbres dans huit aires protégées, mais aussi dans des villes, des villages, des périmètres agroforestiers et des écoles de la région du Sine Saloum, à Richard Toll, Dakar, Kédougou et Popenguine. Au total, 759.743 arbresont été plantés en 2019. Au total, ce sont donc 1.629.450 arbres qui ont été plantés depuis 2017. La répartition sur la carte et tous les détails des plantations se trouvent sur le site web : https://reboisonslesenegal.org



Multiplication des périmètres agroforestiers bio


Cette année, deux nouveaux périmètres agroforestiers ont été implantés à Palmarin ainsi qu'à Touba Fall et des formations y ont été données (formation à la réalisation de compost, planches de cultures, entretien plantes, analyse de sol, pépinières...). Ces deux périmètres viennent agrandir le nombre de périmètres agroforestiers impulsés et soutenus par Nébéday. Des formations sur les techniques de taillage ont aussi été données dans les quatre périmètres de l'arrondissement de Toubacouta. La multiplication des périmètres agroforestiers et des formations vise, à termes à permettre la création de marchés bio au Sénégal et l'autonomisation économique des femmes.

 

Diversification des produits du GIE Jappo Liggey 


Jappo Liggey est un GIE appuyé par Nébéday depuis 2014 qui regroupe plus de  800 femmes au sein de 15 villages situés autour de la foret classée de Sangako. Son objectif est de transformer et de commercialiser des produits locaux afin de créer du revenu : moringa, confiture et huiles végétales comme bases principales. Cette année en particulier, les femmes de Jappo Liggey ont reçu de nouvelles formations de transformation afin de diversifier les produits (Ditax, sirops, pâte de fruit, chips de moringa), ainsi qu'une formation sur le pressage des huiles.  


















Promotion d'une gouvernance participative dans les aires protégées


Sur base du constat que les populations souhaitent de plus en plus être impliquées dans la gestion des forêts, nos équipes ont continué à accompagné la mise en oeuvre des plans d'aménagement et de gestion participatifs des forêts de Sanghako et de Djilor, forêts situées autour du delta du Saloum, afin de parvenir à une rationalisation de l'exploitation du bois dans la région. L'association aussi a accompagné les processus de gouvernance et de restauration de plusieurs aires protégées que sont la Reserve Naturelle Communautaire de Palmarin, l'Aire Marine Protégée de Joal, la Reserve Naturelle Communautaire de Popenguine. 


Développement d'énergies vertes alternatives




Nébéday, dans sa volonté de contribuer à l'éradication de la deforestation à grande échelle, a continué à accompagner les femmes dans le développement d'energies vertes alternatives plus respectueuses de l'environnement. Le charbon de paille continue d'être diffusé auprès aussi bien dans les villages que dans les villes comme Dakar où il se commercialise de plus en plus. En tout, 13.192 barres de charbon de paille ont été produits par les groupements de femmes. Quant aux foyers améliorés15 villages ont reçu une formation à leur confection, et, en tout, 315 foyers améliorés ont été réalisés avec les femmes des villages qui ont joyeusement accueilli et adopté cette technologie de cuisson. 



Elargissement des activités d'éducation environnementale


Les activités d'éducation environnementale de Nébéday ont pour objectifs principaux le reverdissement des écoles et l'éveil de la conscience environnementale. Les activités menées cette année ont de manière générale permis aux écoles d’évoluer par rapport à certains comportements vis à-vis de l’environnement mais également de bénéficier de nombreuses formations pratiques. Les activités d'éducation environnementale commencent progressivement à être introduites dans les écoles, en particulier dans le secondaire, notamment avec des activités de nettoyages, accompagnées par Nébéday. Depuis la rentrée 2019, Nébéday intervient dans 100 écoles de la région de Fatick, une grande première pour l'association.

Toute l'équipe de Nébéday vous souhaite une année 2020 pleine de vie, pleine d'espoir, de courage et de nouveaux challenges. 
Notre challenge pour cette nouvelle décennie ?
Continuer à planter la vie au Sénégal ! 🌳
Alors, MERCI 
de nous permettre de continuer à le faire.
&
Bonne année ! Deweneti ! 

lundi 23 décembre 2019

Repousser le sel pour maintenir la vie : Reportage de France Télévision


Des terres dévorées par le sel sur des dizaines de kilomètres. L'eau douce qui a disparu, ou presque, à cause de la sécheresse. Des pluies qui se raréfient chaque année. Telle est la situation face à laquelle se désolent de plus en plus de sénégalais. Les agriculteurs les premiers. 


Dans ce parc naturel protégé de 76 000 hectares de mangrove, paradis des oiseaux et de la biodiversité, la mer monte et s'engouffre de plus en plus dans les terres.  Avec l'évaporation, il ne reste que le sel de la mer. La conséquence de cette eau de plus en plus salée ? La végétation et les palétuviers majestueux qui constituent la mangrove du delta disparaissent progressivement et l'agriculture devient presque impossible. 

Dans le fond du delta, le phénomène est particulièrement inquiétant et touche jusqu’à 30% des terres cultivables, avec des conséquences désastreuses pour les paysans. Dans beaucoup de villages, les nappes phréatiques se sont remplies d’eau de mer. Les puits sont alors hors d’usage. L’eau sert alors tout juste à abreuver le bétail.

Nébéday oeuvre au quotidien dans le delta du Sine Saloum pour repousser ce phénomène de progression du sel et de la mer pour maintenir la vie. Comment ? En plantant des arbres dans les villages et dans la mangrove. Une  solution qui vise d'une part à augmenter les pluies et lutter contre la sécheresse, et d'autre part, à repousser la montée de la mer.

En 2019, plus de 700 000 arbres ont été plantés pour lutter contre le phénomène. Une goutte d'eau douce dans un océan de sel, mais qui, si son action est multipliée, parviendra peut-être un jour à préserver cet écosystème fabuleux.

Découvrez le Reportage de France Télévisions sur ce phénomène et sur le combat de Nébéday.


vendredi 13 décembre 2019

Lancement du Programme d'éducation environnementale à l'école grâce au soutien de Sybelles.ski


« Planter à l'école » est un Programme d'éducation environnementale développé par Nébéday, grâce au soutien de son partenaire Sybelles.ski. Témoin des effets du changement climatique sur l’environnement dont son activité économique dépend étroitement, cet organisme français a souhaité contribuer à un projet de reboisement au Sénégal, où les effets du changement climatique se font ressentir de façon encore plus poussée. Soucieuse également de mettre l’accent sur les enfants qui sont les adultes de demain, Sybelles.ski a eu la volonté de mettre en oeuvre un projet d’éducation environnementale au sein d’écoles pour s’engager de façon durable à former les générations futures à agir pour le climat.


Le programme, prévu sur une période de trois ans, vise à mettre en place des activités de plantations au sein des écoles en travaillant aux côtés des enfants pour éveiller leur curiosité, sensibilité et esprit critique, faisant d’eux les maîtres de leur avenir et des arbres qu’ils auront plantés. L’objectif du partenariat est la plantation de 145.000 arbres réalisée par les élèves d’écoles de la région de Fatick au Sénégal. Il s’agit donc d’un projet de reboisement à vocation d’éducation environnementale. Deux activités complémentaires, planter et éduquer, agir et comprendre, pour mieux aborder l’avenir et préserver l’environnement. Des instituteurs et des enfants de 100 écoles seront ainsi formés par cinq animateurs de Nébéday pour à leur tour jouer le rôle de relais auprès des autres enfants et de leurs parents. 

Dans le contexte de la dégradation de l’environnement, responsabiliser les enfants en leur confiant des arbres dont ils devront prendre soin de la graine à l’arbre au sein de leur école et de leur village constitue un acte fort. Sybelles.ski s'inscrit donc dans la réalisation d'un programme de taille pour le Sénégal et devient un partenaire clé pour Nébéday.

La semaine dernière, les premières réunions de lancement ont eu lieu pour mettre le programme sur les rails. L'équipe de Nébéday s’est ainsi rendue à la Mairie de Diofior pour présenter le programme d’éducation environnementale que l'association va développer dans 100 écoles de la Commune de Diofior. Près de 40 directeurs et directrices d’école s'étaient rassemblés pour l'occasion et ont réservé un accueil chaleureux à l'équipe de Nébéday. Jean-Jacques Diadhiou, de l’IEF de Diofior, a introduit Nébéday en rappelant l’importance des initiatives d’éducation environnementale et en manifestant son enthousiasme à l'idée de participer à ce programme. 


L’éducation environnementale est une dimension essentielle du travail de Nébéday, c’est la voie du changement des habitudes. C'est justement ce à quoi aspire l’initiative d’éducation environnementale "Planter à l'école" développée par Nébéday et ses partenaires, en visant comme objectif ultime de susciter  l’amour des arbres chez les enfants et ainsi, d'éveiller la conscience environnementale des générations futures.

Pour mettre sur pied ce programme, les agents de Nébéday se rendront dans les classes de CM1 et de CM2 et, en recourant à divers outils pédagogiques tels que ceux de la petite héroïne africaine Mia Moké, enseigneront aux enfants toutes les étapes nécessaires pour que chaque élève obtienne cinq plants d’arbres : confection de compost, recherche de gaines à partir de matières récupérées, germination des graines, création d’une pépinière, entretien des plants, etc. L'objectif étant de faire en sorte que les enfants développent un lien particulier avec leurs arbres, qu'ils s'en sentent responsables. À terme, ils pourront choisir de les planter dans l’enceinte de l’école, à la maison ou dans les espaces publics de leur village.



Suite à un échange où toutes les questions techniques et les craintes logistiques des directeurs et directrices ont été posées et ont obtenu réponse, le programme d'éducation environnementale a été validé par l'ensemble des directeurs

Bien sûr, la réussite d’une telle initiative va de pair avec une collaboration étroite et solide entre tous les participants. Parents et enseignants devront donc être sensibilisés eux aussi afin de s'engager aux côté des enfantsBeaucoup de flexibilité sera nécessaire pour adapter le programme à la réalité de chaque école, mais cette première année du Programme permettra d'établir des conclusions sur sa réussite, et d'envisager de l'élargir à d’autres Communes du pays Sénégal l'année suivante.

Cette réunion de lancement a donc permis d'ensemble améliorer le plan d'action et les activités qui seront développées. Le programme dans les écoles : à cette heure ci, les agents d'éducation environnementale du bureau de Palmarin s’activent déjà dans la Commune de Diofior et entament le premier passage dans les écoles !

À noter que ce programme d’éducation environnementale est également déployé par l’équipe de Toubacouta dans le département de Foundiougne.