mercredi 14 décembre 2011

Les bienfaits du baobab

Ça y est, décembre se termine et la saison des fruits du baobab (ou pain de singe) commence. Dans tous les arbres nous pouvons voir de jeunes équilibristes en quête du précieux fruit tandis que les enfants ont une technique bien rodée de lancé de bâton qui fait tomber les fruits mûrs.

La récolte du bouye, nom du fruit du baobab en wolof, est une activité saisonnière intéressante. Dans le Saloum, les baobabs sont nombreux et relativement préservés de la récolte des feuilles qui dégrade sérieusement les arbres. Traditionnellement, cette tâche est confiée aux jeunes hommes qui vendent directement leur récolte aux bana-bana (vendeurs itinérants) et c'est là que le bât blesse, car la filière pourrait se développer plus localement et  s'avérer très lucrative. A l'heure actuelle, le bouye est vendu en sacs de 35 kilo à un prix compris entre 7 et 10 €.


Nébéday propose aux femmes qui le souhaitent des ateliers de transformation du fruit du baobab :
  • Transformation de la pulpe du fruit en poudre : la pulpe est ainsi mieux conservée et se stocke plus facilement.
  • Transformation de la pulpe en confiture et en biscuits : activité très intéressante dans les zones touristiques comme Toubacouta.
Le pain de singe est pilé pour séparer la graine de la pulpe
    • Transformation des graines en café : mélangées à une épice locale, les graines de baobab font un succédané de café très savoureux.
    • Transformation des coques de bouye, riche en potasse, en savon.
    • Maraîchage de baobab : les feuilles sont très appréciées en cuisine et elles ont aussi des propriétés nutritionnelles intéressantes. Ce maraîchage pourra permettre de lutter contre les coupes excessives des branches pour la récolte sauvage des feuilles, car ainsi taillés les arbres ne produisent plus de fruit.
    • Reboisement : hormis sur les îles ou le paturage est absent,  les jeunes baobabs se font rares et ont besoin d'un serieux coup de pouce pour se régénérer.

      Le baobab est un arbre mythique, souvent sacré. Les gens le respectent énormément. C'est d'ailleurs une des seules espèces qui reste dans les forêt après qu'on eu abattu toutes les autres pour les activités domestiques. Il est couramment utilisé comme plante médicinal, il traite efficacement, entre autre, la fatigue, la fièvre et la diarrhée. Il possède de très nombreuses indications thérapeutiques qui en dehors des trois cas cités précédemment sont peu connus des populations ; c'est pourquoi Nébéday met aussi en place des séances de discussion au sein des dispensaires sur les bienfaits du baobab pour toute la famille.

      Le baobab est un arbre précieux qui force le respect. Il est généreux et puissant mais aussi fragile. Les jeunes baobabs sont de plus en plus rares alors qu'ils peuvent offrir tant de richesses : il est essentiel de s'impliquer dans la protection et le reboisement.

                                 "Le baobab parait immense, une graine en est la mère"
                                        Birago Diop

      dimanche 11 décembre 2011

      Film sur l'initiative Aliniha

      Le 28/11 à Bruxelles a été projeté un documentaire sur l'initiative Aliniha dont nous vous avions parlé, voici ce documentaire dans son intégralité.


      Africa Turns Green - Aliniha project from Africa Turns Green on Vimeo.

      Gaoua au Burkina Faso, Kayes au Mali et Tambacounda au Sénégal. C’est dans ces trois pays d’Afrique de l’Ouest que l’initiative Aliniha est née.

      Le but d’Aliniha est la réalisation d’un développement durable mis en œuvre par la femme leader.

      Aliniha cherche à établir un modèle de développement durable intégrant des objectifs de protection de l’environnement, de développement humain et de développement économique. Aliniha résulte d’une rencontre entre trois entrepreneurs sociaux qui ont mis en commun leur expertise en vue de piloter cette initiative transfrontalière.

      vendredi 9 décembre 2011

      La formation apiculture en image

      Voici des images de la formation apiculture dont nous avons déjà parlé dans un précédent article, une formation Nébéday soutenue par la fondation Insolites Bâtisseurs.

      video

      mercredi 7 décembre 2011

      L'apiculture selon Vautier à Sandicoly


      L'abeille africaine (Apis adansonii), beaucoup plus redoutable que ses cousines européennes
      La première partie de la formation apiculture auprès des femmes de Sandicoly s’est achevée dans l’enthousiasme général. Les femmes sont ravies d’avoir été formées à l’apiculture selon la méthode Vautier qui réunit 3 qualités essentielles : faible coût, entretien facile et bonne production. Elles ont d’ores et déjà projeté d’agrandir leurs ruchers !

      L'objectif de Nébéday était d'offrir une formation continue qui mêle pratique, théorie et visites d'échange. La visite d’échange devrait se passer en février 2012, les femmes visiteront les ruchers de notre formateur Djibril Diatta. Ainsi formés, ces nouveaux apiculteurs seront autonomes en moins de deux ans.

      Essaim sauvage d'abeilles africaines 
      Les femmes ciblées par Nebeday vivent en périphérie de la forêt classée de Sangako. Les former à l'apiculture est un moyen de les impliquer dans la sauvegarde de leurs ressources et de leur apporter un complément de revenu régulier. Traditionnellement, l'apiculture au Sénégal se fait en récoltant le miel des abeilles sauvages et il faut au préalable incendier les essaims pour en chasser les habitantes. Cette technique détruit les abeilles mais surtout elle risque de mettre le feu à la brousse. La brousse est tellement sèche à certaines périodes de l'année, qu'elle peut s'embraser avec une simple étincelle. Les dégâts sont alors catastrophiques. Cette méthode offre une récolte faible et peu régulière mais surtout elle détruit bien plus qu’elle ne rapporte.

      La méthode Vautier permet la construction de ruches simples, économiques et productives. Optimalement, une ruche Vautier peut produire jusqu'à 80kg de miel par an en deux récoltes, dixit notre formateur, Djibril Diatta, apiculteur casamancais formé depuis 10 ans à la méthode Vautier. De plus, le miel produit est d'excellente qualité et peut donc être commercialisé auprès des commerces, hôtels, campements. Ces fameuses ruches ont en plus la particularité de limiter les tentatives de vol car il est difficile de déplacer une ruche de 70 à 90kg ! Elles sont aussi résistantes aux feux et aux inondations. Un grand avantage dans cette région. Les abeilles sont doublement intéressantes pour les villageois car si les ruches sont placées à proximité raisonnable des champs, il se passe une meilleure pollinisation et les récoltes sont meilleures (de 20 à 30% sauf cas particulier). Les villageoises envisagent aussi de planter des espèces mellifères comme le nébéday (Moringa Oleifera) pour augmenter la production des ruches dans les années à venir. D’autant plus que s’ils sont bien pollinisés, les Moringas peuvent produire jusqu’à 3t de graine à l’hectare, c’est-à-dire presque 3 fois plus que l’arachide. L’huile de Moringa est très bonne pour la cuisine.

      Une partie des ruches a été placée dans la mangrove et l’autre dans la forêt, les apicultrices obtiendront ainsi deux qualités de miel : un miel de mangrove doré, fondant et doux en bouche et un miel de forêt foncé, épais et fort. Comme on dit ici, un pour les femmes et les enfants et l’autre pour les hommes !

      Des discussions vont être programmées avec l’hôpital de Toubacouta sur les bienfaits du miel pour la santé, ainsi que le Moringa, le fruit du baobab, et d’autres produits peu consommés pour leurs propriétés médicales. Cela fera l’objet d’un autre article.

      Ruches Vautier finalisées et installées dans la forêt

      jeudi 1 décembre 2011

      Pépinière de Moringa à Soucouta

      Des bénévoles de l'association Nébéday ont accompagné l'école de Soucouta dans la mise en place d'une pépinière de Moringa dans la cour du bâtiment.

      Il a d'abord fallu débroussailler car il y a toujours beaucoup de paille après la saison des pluies. Ensuite il faut nettoyer tout en répétant aux enfants que "nettoyer c'est bien mais ne pas salir c'est mieux !". La troisième étape est la confection de barrières pour protéger les plants de l'appétit dévorant des chèvres.

      Les enfants seront ensuite informés de l'intérêt nutritionnel des feuilles de Moringa. Une fois les feuilles matures, elles seront récoltées et distribuées aux enfants pour compléter leurs déjeuners.

      Les enfants apprennent que les arbres, dont les moringa, peuvent leur procurer de l'ombre pour jouer et des protéines pour grandir. Les jeunes sont ainsi sensibilisés à l'intérêt de préserver leurs ressources.


      Vous pouvez nous aider à financer nos campagnes de plantations de Moringa via notre initiative Plante la vie.

      mercredi 30 novembre 2011

      Interview de Jean Goepp

      Jean Goepp, directeur de Nébéday, parle dans cet interview de la gestion des ressources naturelles.


      Jean Goepp interview from AfricaTurnsGreen on Vimeo.


      Cet interview est extraite du documentaire sur les actions aux côtés des femmes de trois entrepreneurs du développement durable dans le cadre de l'initiative Aliniha, documentaire présenté lundi 28/11/2011 à Bruxelles.

      lundi 28 novembre 2011

      Nébéday sur médiaterre.org


      Alors que Jean Goepp est à Bruxelles avec Ini Damien et Alou Keita pour présenter ce soir le documentaire illustrant les actions aux côtés des femmes des associations Nébéday, CAMIDE et APFG, le site mediaterre.org présente les actions de Nébéday "une association engagée auprès des femmes et des jeunes".

      Pour rappel le documentaire est projeté ce lundi 28 Novembre 2011 à 19h30 (Caméléon Avenue Ariane 15, Bruxelles).

      vendredi 25 novembre 2011

      Trois sénégalaises au Burkina

      Une rencontre a été organisée du 12 au 14 Novembre 2011 au Burkina Faso dans le cadre de l’initiative Aliniha. Trois femmes leaders du Sénégal ont rencontré leur partenaire burkinabé : l’APFG (Association pour la Promotion Féminine de Gaoua).


      Cette rencontre a permis aux femmes burkinabés et sénégalaises d’échanger sur leurs expériences respectives en matière de développement durable. Elles ont travaillé ensemble pour construire l’avenir d’Aliniha.

      De nouvelles formations sont envisagées dans le futur pour permettre aux femmes d’échanger leurs savoirs respectifs à travers des formations (apiculture, poterie, savon, foyers améliorés, etc.).

      Foyer amélioré

      Vente de savons faits par les burkinabés



      Des formations ont également été données sur différents thèmes :
      • « Mise en place d’Aires Protégées Communautaires : pourquoi et comment ? »
      • « La connaissance de soi »
      • « La vie d’une organisation »
      • « Comment gérer son temps »
      • « Quelles sont les techniques d’animation ? »
      • « Qu’est ce qu’une femme leader ? »
      • « Le rôle de l’arbre ».

      Trois entrepreneurs du développement humain durable

      Le monde entier va se tourner vers le Sommet mondial sur le Climat à Durban en Afrique du Sud en cette fin d’année 2011.

      A cette occasion, trois entrepreneurs du développement humain durable (Ini Damien de l'APFG, Alou Keita de CAMIDE et Jean Goepp de Nébéday) seront au siège de l’Europe à Bruxelles pour présenter un documentaire illustrant leurs actions aux côtés des femmes au Sénégal, Mali et Burkina Faso.

      La projection aura lieu le lundi 28 Novembre 2011 à 19h30 (Caméléon Avenue Ariane 15, Bruxelles).

      jeudi 24 novembre 2011

      Formation apiculture

      Après plusieurs rencontres et discussions avec des femmes de la région du Saloum et de Joal Fadiouth, le village de Sandicoly a été choisi par Nébéday pour lancer une activité apiculture.

      Ce choix a été motivé par plusieurs critères :
      • l’engagement des femmes à s’investir dans l’apiculture ;
      • la forte implication des femmes dans les campagnes de reboisement de palétuviers ;
      • la volonté des femmes de protéger la forêt de Sangako (le village de Sandicoly est localisé entre un écosystème de mangrove et la forêt classée de Sangako).
      Les femmes ont elles-mêmes acheté une partie du matériel nécessaire à la construction des premières ruches Vautier.

      Les futures apicultrices en tenue
      30 femmes ont suivi la formation de 10 jours qui portait sur les techniques de construction, l’utilisation des tenues de protection, le cycle de vie des abeilles, l’utilisation de l’enfumoir, etc.


      Construction d'une ruche Vautier
      Les femmes ont construit 18 ruches Vautier. La moitié a été déposée au niveau de la forêt de Sangako et l’autre moitié dans les zones de mangrove.

      Ruche Vautier construite lors de la formation

      dimanche 20 novembre 2011

      Le Moringa Oleifera comme complément alimentaire



      Le Moringa Oleifera est surtout recommandé pour les enfants malnutris, les femmes enceintes et allaitantes et les vieillards. En plus de ses apports en micronutriments, c'est pour sa richesse en protéines que le Moringa est un excellent complément alimentaire :

       8 gr de poudre de feuille sèches de Moringa contiennent 2,2 gr de protéine

      Les protéines sont des constituants essentiels pour tous les tissus du corps humain et aident à la production de nouveaux tissus, ce qui est extrêmement important pendant la croissance, la grossesse et quand on se remet de blessures. Le déficit en protéine peut provoquer un retard de croissance, une perte musculaire, le kwashiorkor et de l’œdème.

      Ces chiffres sont tirés du site moringanews qui fait référence en matière de Moringa Oleifera. Moringanews répertorie les acteurs, sert de plateforme d’échange d’informations et fournit des documents et bases de données documentaires sur le Moringa.

      samedi 12 novembre 2011

      Une vision pour Nébéday

      Du 24 au 28 Octobre, l’ensemble de l’équipe Nébéday s’est réuni dans les bureaux de l’Association à Tambacounda.


      L’objectif de cette semaine était de se tourner vers l’avenir afin d’envisager l’évolution de l’Association pour les années à venir avec le concours de Vincent Dawans, consultant en planification stratégique.

      Cette semaine a permis à l’équipe de se prononcer quant à leur vision à moyen et long terme de chacune des initiatives portées par Nébéday.

      jeudi 10 novembre 2011

      Le charbon de paille : une solution contre la déforestation

      La consommation énergétique du Sénégal repose à 85% sur le bois et les forêts sénégalaises s'amenuisent. Il est donc urgent de trouver une solution alternative qui ne modifie pas fondamentalement les habitudes des consommateurs, une solution durable et pérenne.

      Les plus forts besoins se font sentir en cuisine. Des essais de cuisinières solaires ont été tentés par d'autres associations mais ils n'ont pas abouti car cela modifiait trop les habitudes des femmes.

      Nébéday travaille donc sur la mise au point d'un "charbon vert" : un charbon qui serait élaboré à partir des différents végétaux que l'on trouve sur place.

      Comme le Sénégal est la victime d'incessants feux de brousse durant la saison sèche, il nous a paru naturel de mettre à profit la paille pour réaliser des briquettes de charbon. Ainsi on bénéficie d'un matériau quasi inépuisable et par la même occasion on lutte contre les incendies en supprimant ce qui les alimente. Moins d'arbres coupés pour le charbon, moins d'arbres brûlés par les feux : une solution contre la déforestation.

      Afin de trouver la recette la plus adaptée, celle aux propriétés calorifiques les plus proches de celles du charbon de bois, Nébéday travaille sur deux pistes :
      1. Élaboration d'un charbon de paille dont le processus s'approche de celui des charbonniers classiques.
      2. Fabrication de briquettes de paille constituées de paille finement hachée puis transformée.
      Quand un produit de bonne qualité sera obtenu à l'issu de ces essais, des campagnes de sensibilisation seront effectuées dans les villages.

      Ces campagnes s’effectueront principalement autour de trois publics :

      1- Les charbonniers et vendeurs de charbon, pour leur faire comprendre l'intérêt économique de ce nouveau charbon.
      2- Les jeunes hommes, pour mettre en place des campagnes de lutte contre les feux de brousse en créant des couloirs anti feux et en récoltant ainsi de la paille (cela peut donc créer une activité génératrice de revenu pour une certaine période de l'année et donc inciter les jeunes à protéger leurs forêts).
      3- Les femmes, pour réaliser avec elles des recettes traditionnelles faites avec le nouveau charbon afin qu'elles jugent par elles mêmes de l'efficacité de ce "charbon vert".


      A l'issu de ces campagnes de sensibilisation, un appel sera lancé auprès des communautés pour former de nouveaux charbonniers à cette technique de charbon vert. Nébéday aidera alors matériellement ces nouveaux charbonniers à s'équiper correctement.

      jeudi 20 octobre 2011

      Paludisme et planification familiale

      Nébéday a expliqué le paludisme et parlé de la planification familiale à 26 femmes le 20 octobre lors d'une formation de 2 heures.


      Paludisme

      Un médecin, invité pour l’occasion, a pris la parole pour présenter cette maladie : présentation du moustique responsable, symptômes (vomissements, fièvre, courbatures, couleur jaune des yeux…), mode de prévention (moustiquaires imprégnées et salubrité du lieu de vie). Il a rappelé que le test (goutte épaisse) est gratuit et qu’il faut aller à l’hôpital dès que la fièvre commence. De nombreux patients tardent à se présenter à l’hôpital : la maladie est alors plus difficile à soigner.


      Planification familiale

      Le médecin préconise d’espacer les grossesses. Il rappelle qu’il ne s’agit pas de confondre espacement des grossesses et arrêt des naissance (confusion faite par certains hommes). Les méthodes mises en place pour assurer cela ont été présentées : pilules, méthodes naturelles, implants, stérilet… L’usage d’une de ces méthodes doit être au préalable discuté avec la patiente (des analyses peuvent être nécessaires pour déterminer la méthode la plus adaptée). Des outils comme des fiches explicatives vont bientôt être mises à disposition des femmes.

      Réunion Aliniha à Dakar

      Du 18 au 22 Octobre le comité de direction d’Aliniha s’est réuni à Dakar pour poser les bases d’Aliniha International.


      Cette réunion a notamment permis aux responsables du CAMIDE, de l’APFG et de Nébéday d’établir les objectifs et la vision à long terme d’Aliniha pour l’Afrique.

      Le comité de direction d’Aliniha, avec l’appui d’un consultant spécialisé (Virtue Ventures) et de la Fondation Marie et Alain Philippson (FMAP) a établi des règles et des critères pour qu’Aliniha devienne à moyen terme une véritable méthodologie de développement durable pour l’Afrique.

      Ainsi les femmes-leaders sénégalaises, maliennes et burkinabés vont devenir des modèles pour leurs sœurs d’Afrique de l’Ouest.



      vendredi 14 octobre 2011

      Nature et évolution des organisations (vie associative)

      Nébéday a expliqué le fonctionnement d'une association à 21 femmes le 14 octobre lors d'une formation de 2 heures.


      L’objectif de cette formation "Nature et évolution des organisations (vie associative)" est de présenter la vie d’une association en 10 étapes allant de sa naissance à sa mort. Chaque étape, avec ses spécificités, est présentée.

      Les 10 étapes sont :
      1. période embryonnaire
      2. tendre enfance
      3. gogo
      4. adolescence
      5. fleur de l’âge
      6. maturité
      7. aristocratie
      8. début de la bureaucratie
      9. bureaucratie
      10. mort


      vendredi 30 septembre 2011

      Protection de l'environnement à Joal

      L’association Nébéday a choisi de s’engager auprès de l’association des Jeunes de Joal et des femmes du quartier de mbeleniem. A travers ce partenariat, l’objectif était de soutenir des initiatives pour la protection de l’environnement et la promotion d’un arbre symbole, le Moringa ou Nébéday.

      Des membres de l’association Nébéday venus des régions du Saloum et de Tambacounda étaient présents dans la ville de Joal du 26 au 29 Septembre 2011.

      Rencontre avec l’association des Jeunes de Joal

      Les actions menées par les Jeunes de Joal ont été les suivantes :
      • nettoyage de la plage et sensibilisation quant à l’importance d’une plage plus propre,
      • présentation du Moringa et reboisement grâce aux jeunes de l’association mais aussi aux jeunes de la ville.
      Les Jeunes se sont mobilisés pour planter des arbres, notamment des Moringas, autour du lycée qui a été récemment construit. Ces arbres ont été mis en terre, arrosés et protégés avec du grillage afin d’assurer leur bon développement.


      Près d’une centaine de Moringas ont été confiés aux enfants de différents quartiers afin qu’ils les plantent chez eux. Chaque enfant est responsable de son arbre. Un suivi sera assuré par l’association des Jeunes de Joal à travers un concours d’ici décembre récompensant l’enfant dont l’arbre aura le mieux poussé.



      Rencontre avec les femmes du quartier de mbeleniem

      Les femmes du quartier de mbeleniem sont réunies en GIE. Elles ont décidé de faire face au problème des déchets plastiques qui envahissaient leur quartier et de s’investirent dans l’assainissement. Elles rassemblent tous les sacs qu’elles utilisent ans une bouteille de 10L d’eau pour ensuite les amener dans un centre de collecte.



      En parallèle, elles ont entreposé des plants de Moringa venus de la pépinière de Soucouta. Près de 50 plants ont été distribués aux femmes du quartier qui ont pu les planter chez elles. Chaque femme pourra donc dans le futur utiliser cet arbre dans leur cuisine.


      Les femmes ont également assisté à un atelier de transformation des feuilles de Moringa en poudre.


      Communication à la radio locale « la côtière »

      Une émission de 30 minutes a permis à l’association Nébéday de se présenter et de communiquer sur les actions effectuées à Joal mais aussi dans le reste du Sénégal. Des auditeurs ont pu prendre part à l’émission en appelant pour poser leurs questions.

      dimanche 7 août 2011

      Comment mettre en place une pépinière

      L'association Nebeday a formé à la mise en place de pépinières 29 femmes des différents groupements de Tambacounda, cela sur une demi journée début août.


      Ces femmes vont maintenant pouvoir assurer la mise en place de pépinières dans la ville. Elles seront chargées de sensibiliser les femmes autour d’elles aux bienfaits du Moringa (Nébéday en wolof). Elles pourront alors distribuer dans les quartiers des arbres à planter. Si la possibilité se présente de vendre des arbres aux collectivités alors elle sera prise.


      Les femmes présentent à la formation étaient les femmes des 2 futures associations de Tambacounda.

      Une formation équivalente avait été donnée l’année dernière aux femmes de Kothiary.

      vendredi 15 juillet 2011

      Formation à la conservation des légumes

      L'association Nebeday a formé sur une journée mi juillet une vingtaine de femmes à la confection de confitures de piment, sirops de gingembre et à la conservation de légumes.





      Ces femmes savent désormais conserver sous différentes formes des légumes comme les aubergines amères, aubergines, chou, bissap, carottes, navets… Faire des conserves permet de bénéficier des légumes en dehors de la saison de production, et les conserves peuvent être faites quand les légumes sont disponibles en abondance donc moins chers.

      Les femmes ont également été formées à la préparation de confitures de piment et de sirops de gingembre.