lundi 26 mars 2012

Le neem, une alternative aux pesticides

Graines de neem presque à maturité
Le neem, ou Azadirachta indica, est un arbre qui a été introduit dans nos régions dans les années cinquante et qui s'est depuis parfaitement adapté. On en dénombrerait ainsi près de 25 millions ! Le neem est originaire d'Inde où il est utilisé depuis des milliers d'années dans la pharmacopée traditionnelle. Les tradipraticiens sénégalais l'ont très vite adopté, principalement pour ses propriétés antipaludiques.

Cet arbre pousse sous un climat semi-aride à semi-humide et supporte même les climats aux précipitations inférieures à 500 mm. Il montre peu d’exigences vis-à-vis des sols, s’accommodant de terres maigres, pierreuses ou sableuses. Au Sénégal, les arbres mesurent 10 à 12 m, sont très résistants aux feux de brousse et peuvent produire jusqu’à 50kg de fruits, ce qui équivaut à 30kg de graines. Autant dire que le potentiel du neem est réel.

Le neem produit par ses fruits, ses feuilles, ses fleurs et son écorce plus d’une centaine de substances chimiques, dont l’une d’elles (l’Azadirachtin) est l’un des bio-insecticide les plus performants qui soit. L’action biologique du neem permet ainsi de lutter naturellement contre plus de 400 espèces d’insectes ravageurs, dont certaines sont résistantes aux pesticides chimiques.

Les pesticides sont dangereux pour l'environnement, mais aussi pour la santé des agriculteurs qui manipulent ces substances toxiques. Cancers, troubles neurologiques et respiratoires, stérilité et malformations fœtales sont autant de conséquences néfastes de l'utilisation des produits phytosanitaires. Le neem, quand à lui, est sans danger pour la santé des individus et des animaux, il est même plein de bénéfices pour ses utilisateurs : c'est par exemple un puissant antiparasitaire interne et externe.

Dans la production agricole ou forestière, l'utilisation du neem permettrait la mise en place de procédés efficaces et respectueux de l’environnement pour les cultures nécessitant des pesticides (parasites), des fongicides (champignons) ou des insecticides (insectes). C'est aussi un fertilisant foliaire qui a fait ses preuves.

Les débouchés des produits issus de la transformation du neem sont nombreux :
  • L'huile peut être utilisé comme pesticide naturel, comme ingrédient cosmétique ainsi que dans la fabrication de savon.
  • Le tourteau issu de la pression des graines conserve ses propriétés fertilisantes et peut être utilisé comme thiouraye (encens) pour éliminer les insectes de la maison.
  • Les feuilles peuvent être réduites en poudre et être introduites dans certains cosmétiques et dans des préparation phytosanitaire
  • Le purin de feuilles (macération des feuilles dans l'eau) peut servir à assainir les animaux, le matériel et les locaux ou encore à préparer la terre d'une pépinière pour recevoir des semences ou des boutures.
  • Les jeunes branches vont servir de "brosse à dent" traditionnelle.
  • L'ensemble de la plante a des propriétés médicinales reconnues.
Le neem gagnerait donc à être mieux connu afin de ne pas servir essentiellement de bois pour la cuisine, ce que Nébéday va s'attacher à montrer par des formations.

Les premiers fruits commencent à sortir, les ateliers de formation à la transformation des graines de neem en huile, puis en savon, ainsi que la sensibilisation aux multiples usages du neem commenceront le mois prochain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire