mardi 4 février 2014

Programme d’énergie de cuisson durable au Sénégal et Mali

Le Sénégal et le Mali, deux pays frontaliers de l’Afrique de l’Ouest doivent faire face comme le reste du continent à la crise énergétique et ses conséquences négatives sur le couvert forestier.

Le Sénégal d’une part, pays à faible Indice de Développement Humain, plus de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Le taux de croissance plafonne autour de 3 % par an depuis 2006 du fait des différentes crises énergétiques, alimentaires, économiques et financières. La surexploitation, les pratiques agricoles non durables, le surpâturage, la divagation du bétail, les feux de brousse, la coupe abusive de bois sont autant de pressions qui menacent les richesses naturelles. Le bois et charbon de bois constituent 84% de la consommation énergétique des ménages. Le charbon de bois est un élément-clé de la vie quotidienne des ménages. Cause majeure de la déforestation, plus de 4 millions de mètres cubes sont prélevés par an sur les forêts pour satisfaire les besoins énergétiques ligneux au Sénégal. Principale source d’émissions de gaz à effet de serre (GES), cette surexploitation du bois contribue au changement climatique.

Le Mali d’autre part, classé par l’ONU parmi les pays les moins développés (182e/186 en terme d'indice de développement humain en 2012), sort d’une double crise politique et sécuritaire qui a eu des conséquences déplorables sur sa situation déjà précaire. Le taux de pauvreté a augmenté en 2012, s’élevant à 42.7 %, contre 41.7 % en 2011. L’économie malienne a connu une récession en 2012, avec une croissance négative de 1.5 % (source Afdb). Environ 73,2 % de la population malienne vit en milieu rural. Le taux de croissance démographique est estimé à 2,2% par an. Le système énergétique du Mali est caractérisé par une forte consommation en bois énergie (90% environ). Selon le Ministère en charge de l’environnement, plus de 100.000 ha de forêts disparaissent chaque année. Les seuls prélèvements pour le bois de chauffe et le charbon de bois (qui constituent la principale source de l’énergie domestique) sont estimés globalement à 5 millions de tonnes par an, ce qui correspond à une perte annuelle de 4000 km² de couvert forestier et la contribution pour une grande part aux émissions nationales de gaz à effet de serre (GES). Cela revient à une disparition totale des forêts avant 2050, celles-ci couvrent aujourd’hui environ 10% de la surface du pays d’après les chiffres de la FAO (12490 millions hectares : source FAO).

Dans ce cadre, et dans une approche intégrée des problématiques énergie, climat et développement, les filières biocharbon (charbon à base de la paille et résidus agricoles) et foyers améliorés apparaissent comme des réponses efficaces face aux besoins énergétiques des ménages et à la nécessité urgente de lutter contre la déforestation. La pression sur les forêts est ainsi diminuée plusieurs fois : le biocharbon remplace le charbon de bois et les foyers améliorés réduisent la quantité de bois consommée. Ces deux filières reposent sur des modèles reproductibles, accessibles et diffusables à grande échelle.

L’objectif global du « Programme d’énergie de cuisson durable au Sénégal et Mali » est de contribuer à l’adaptation au changement climatique, à l’atténuation des gaz à effet de serre et à l'amélioration des conditions de vie des populations locales en luttant durablement contre la déforestation.

Au Sénégal et au Mali, l’énergie est la principale source d’émissions de GES. En remplaçant le charbon de bois par le biocharbon, la quantité de bois consommée est réduite. Chaque tonne de charbon de bois économisée permet de sauver 5 tonnes de bois et de réduire ainsi les émissions de GES. Parallèlement, les foyers améliorés réduisent entre 25 et 60% l’énergie consommée. Les économies de bois et de charbon de bois réalisées par l’utilisation de foyers améliorés diminuent les émissions de GES.

Le bois et le charbon de bois sont les combustibles les plus utilisés par les populations dont le niveau de vie ne permet pas d’accéder à d’autres sources d’énergie (gaz, électricité). Or, le bois devient de plus en plus rare et cher. Les distances parcourues sont toujours plus longues et l’accès à l’énergie domestique devient limité. Le biocharbon est une énergie disponible localement, fabriqué à partir de matériaux locaux (paille, résidus agricoles) et son prix de vente est inférieur à celui du charbon de bois. De même, en réduisant la consommation de bois, les foyers améliorés diminuent les dépenses liées aux besoins énergétiques. Ces deux alternatives sont moins onéreuses et contribuent à améliorer les conditions de vie des populations pauvres. Parallèlement, dans la mise en place de ces deux filières, les bénéficiaires sont également les acteurs. La production de biocharbon et de foyers améliorés devient une activité génératrice de revenus, permettant de renforcer les acteurs impliqués.

Le charbon de paille
Foyer amélioré en banco

Différents projets d’activité peuvent s’inscrire sous le programme d’activité « Programme d’énergie de cuisson durable au Sénégal et Mali». Les conditions et modalités commerciales sous lesquelles un projet d’activité peut adhérer à ce programme seront basées sur un modèle de rémunération sous forme d’un pourcentage des crédits générés. Un projet d’activité de diffusion de systèmes efficaces en énergie ou de production de biocharbon peut être insérer dans le programme d’activité, si et seulement si les conditions suivants sont respectés :
  • Le périmètre du projet doit se limiter au Sénégal ou le Mali ;
  • Le projet d’activité vise la promotion des foyers améliorés au niveau des ménages ou la production de biocharbon ;
  • Dans le cas d’un projet de foyers améliorés les ménages utilisent avant la mise en œuvre du projet seulement du bois sur un foyer à trois pierres ou un foyer traditionnel sans l’amélioration de l’alimentation en air de combustion et sans une cheminée ;
  • Dans le cas d’un projet de foyers améliorés, le foyer amélioré proposé dans le projet d’activité doit avoir une efficacité d’au moins 20% ;
  • Dans le cas d’un projet de biocharbon, le projet peut seulement utiliser de la biomasse renouvelable et vise à mettre en place des nouveaux sites de production de biocharbon à partir d’un nouveau investissement ;
  • La réduction de gaz à effet de serre par année suite à la mise en ouvre du projet d’activité est limitée à 10000 tCO2/an ;
  • Le projet d’activité ne peut pas être un projet MDP ou faire part d’un autre programme d’activité ;

Le premier projet d’activité du programme est un projet de Nebeday situé au centre du Sénégal. Nebeday soutient une énergie renouvelable en développant la filière charbon de paille dans trois régions administratives : Fatick, Kaolack et Tambacounda. Dans une approche intégrée des problématiques énergie, climat, développement, ce projet répond aux enjeux actuels et identifiés, à savoir la nécessité de diversifier les sources énergétiques dans ces zones victimes de la déforestation. La dégradation du couvert végétal, l’évolution démographique ainsi que l’utilisation traditionnelle et non raisonnée des combustibles domestiques justifient les stratégies du projet. Au regard des besoins essentiels énergétiques des communautés, le charbon de paille apparaît comme une alternative durable, respectant à la fois les traditions locales et l’environnement.

Le point de contact de ce programme est :
Jean GOEPP
Directeur de Nébéday
Sacrée-Cœur 2 – Immeuble SOXNA Astou Lo – BP 25 400 Dakar Fann – Sénégal
Tél. : (+221) 33 825 7004 – Mobile : (+221) 77 939 70 70

Aucun commentaire:

Publier un commentaire