mardi 29 mai 2018

Mermoz reboise la mangrove à Joal


Le lycée français Jean Mermoz de Dakar organise chaque année depuis 3 ans un évènement sportif - la Course Verte - afin de collecter des fonds pour l'opération "Ensemble Reboisons le Sénégal" portée par Nebeday.

Afin d'aller au bout du projet et devenir de vrais acteurs de terrain, les enfants des deux classes de 5ème gagnantes de la course cette année sont partis une journée planter 32 000 propagules de palétuviers dans l'Aire Marine Protégée Communautaire de Joal (Nord du Delta du Saloum).

Il est 10h le 18 mai, les pirogues sont réunies près du pont, l'équipe de Nebeday, accompagnée par un groupement de femmes et les écogardes de l'Aire Marine Protégée préparent l'arrivée des 2 bus amenant les élèves de Dakar. Depuis le matin, sous un soleil brûlant adoucit par la brise marine, on s'affaire au tri des propagules afin de constituer des sacs de 1 000 unités. Cela permettra de mieux distribuer le travail sur le terrain et surtout de connaître précisément le nombre d'arbres plantés. Car toutes les plantations sont enregistrées par Nebeday et suivies.


Les 50 enfants arrivent rapidement sous des éclats de rires, se munissent de leur gilet de sauvetage, montent dans les pirogues et entonnent des chants joyeux : Nui dem ! Le labyrinthe des bolongs les attend. Pour certains c'est leur première visite du delta du Saloum, les yeux brillent, les questions fusent, on ressent une vraie fierté de leur part à être acteur et contribuer à la protection de la nature.


Vingt minutes de pirogues suivies d'une marche dans les bolongs emmènent toute l'équipe jusqu'à un endroit complètement dénudé... que les enfants vont replanter. Ils prennent conscience de l'enjeu de leur action et les échanges sont touchants : "Tu verras quand tu seras grand et que tu reviendras avec tes enfants, tu diras c'est moi qui ait planté ça, et tu seras fier!"


Les enfants, installés par groupes, finissent de composer leurs sacs, puis la plantation commence. Certains avancent vite, d'autres moins. Ils suivent les lignes tracées par les animateurs, plantent, jouent, puis replantent. Des petits groupes se forment, les adultes encouragent, aident, s'amusent. Le travail, répétitif et long, demande aux enfants une belle énergie.


32 000 propagules plantés ! C'est fini ! Les enfants se jettent à l'eau et le courant les emmène doucement vers les pirogues sur lesquelles petits et grands chanteront et danseront au rythme de djembés improvisés. Dans cette ambiance joyeuse, tout le monde est impatient de retrouver Joal et les femmes responsables de la préparation du poulet yassa... à l'ombre du baobab.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire