lundi 24 septembre 2012

Clinton Global Initiative


Fondée en 2005 par le président Bill Clinton, la Clinton Global Initiative (CGI) réunit des leaders mondiaux pour créer et mettre en œuvre des solutions novatrices aux défis les plus urgents de la planète. Les Assemblées annuelles de CGI ont réuni plus de 150 chefs d'Etat, 20 Prix Nobel, des centaines de dirigeants de grandes entreprises, des représentants de fondations et d'ONG, des mécènes, ainsi que les médias les plus influents. À ce jour, les membres de CGI ont fait plus de 2.100 actions, qui soutiennent l’amélioration des conditions de vie de près de 400 millions de personnes dans plus de 180 pays. Lorsqu'ils seront entièrement financés et mis en œuvre, ces engagements représenteront 69,2 milliards de dollars.

L’approche de la fondation Man and nature qui nous soutient pour la mise en œuvre du projet de conservation de la forêt de Sangako a été saluée par la Clinton Global Initiative.

Olivier behra, fondateur de Man&Nature, est invité le 25 Septembre à New York pour l’assemblée annuelle de la CGI afin de porter son message dans les plus hautes sphères et pour inspirer d’autres acteurs dans la même voie.


Man&Nature est une Organisation de Solidarité Internationale qui développe un programme dont la vocation est de promouvoir des approches de conservation de l’environnement novatrices et d’encourager des modes de développement durables.

La stratégie de Man&Nature repose en particulier sur le soutien à une exploitation comprise et raisonnée des ressources naturelles et un partage équitable des bénéfices entre communautés locales du Sud et entreprises privées du Nord.

Man&Nature soutient de nombreuses activités qui concourent à son objectif principal : offrir aux communautés locales un tremplin économique et social en particulier par l’identification de débouchés et à la structuration de nouvelles filières de ressources naturelle.

C’est dans ce cadre que Man&Nature soutient notre projet autour de la forêt de Sangako, projet dont l’objectif est, dans un premier temps, de transférer la gestion de la forêt aux mains des communautés limitrophes et d’établir un plan de gestion raisonné. Dans un deuxième temps, le projet vise à mettre en place des filière de valorisation des produits forestiers comme le miel, le fruit du baobab, l’anacardier, etc.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire